mardi 27 octobre 2015

Les soeurs de la lune, T10 _ Courting Darkness




J'avais commencé les chroniques des soeurs de la lune (T1 à 4) mais étant donné que j'ai lu les autres tomes dans la foulée, je n'avais pas l'intention de les chroniquer un par un. Toutefois, je me devais de faire une chronique pour le tome 10 (le dernier qui a été traduit pour le moment) tellement je l'ai apprécié.

On y retrouve Camille dans celui-ci (la série fonctionne toujours par cycle de 3 avec chacune des soeurs mise en avant par tome). De nombreux évènements se sont passés depuis le tome 4 et Camille se retrouve désormais heureuse en ménage avec ses 3 maris. Toutefois, le reste ne suit pas. En plus du combat contre l'Ombre Ailée et son père qui la renie, elle se retrouve face à un nouvel ennemi qui lui en veut personnellement : Hyto, le père de Flam.

Bien que ce soit une série captivante, ce tome, en particulier, est tout simplement envoûtant. Il s'agit du plus intense de la série. Les événements et les combats foisonnent de bout en bout. J'ai trouvé la scène de la détention de Camille absolument terrible et on tremble pour elle. Hyto est vraiment le dernier des salopards. On y découvre également la Terre des Dragons. La description qui en est faite nous montre parfaitement le faste et la grandeur des Dragons. J'ai beaucoup aimé les présentations avec la mère de Flam. Celui-ci a beau être un dragon blanc, il n'en reste pas moins le fils de sa mère... Ainsi, bien qu'ayant "perdu" leur père, leur famille s'agrandit de plus en plus dans un équilibre qui leur sied parfaitement.
De plus, bien que le vocabulaire soit plus cru, il n'est pas vulgaire car il reflète la personnalité et la colère de Camille, bien compréhensiblé dans sa situation. 

En bref, cela a été un vrai plaisir de replonger dans l'univers des D'Artigo. Et même si j'aimerais beaucoup avoir la suite de leurs aventures (Milady n'a pas encore annoncé de date), ce tome-ci ne m'a pas du tout frustré tellement il est intense dans l'histoire et nous montre Camille sous un jour plus fragile que celui de pilier qu'elle endosse depuis le décès de leur mère.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire