samedi 19 juillet 2014

Parce que je t'aime





Bonsoir les doudous, voici une des chroniques où j'ai pas mal de retard (je l'ai lu en mai...) mais je l'ai vraiment beaucoup aimé. J'ai donc décidé qu'il fallait que je vous en parle.

Je dois tout d'abord vous dire qu'il s'agit du premier roman de Guillaume Musso que je lis. Je ne pourrais donc pas comparer avec d'autres.

L'histoire débute donc par le kidnapping de Layla, la fille de Mark Hathaway. Mais contre toute attente, cinq ans plus tard, jour pour jour, Layla est retrouvée exactement à l'endroit où elle avait disparu.

Les questions se posent alors et sans réponse possible de Layla, plongée dans un mutisme total.

Lors du retour en avion, Mark fait alors connaissance avec  Evie, une jeune fille de 15 ans ayant pour projet de tuer le médecin qui est, selon elle, responsable du décès de sa mère.

Il rencontre Alyson, jeune milliardaire qui fait régulièrement parler d'elle dans la section people pour ses déboires avec l'alcool, la drogue et les fêtes. Je dois dire qu'elle m'a beaucoup fait penser à Paris Hilton, menant le même genre de vie.

Afin d'éviter tout spoiler, je n'irais donc pas plus loin dans l'histoire. Mais Musso nous offre ici un suspense trés bien ficelé et un dénouement détonant. Il nous montre ici que le monde est une grande toile d'araignée où l'homme tisse des liens qui le relient au monde entier d'une manière ou d'une autre.
Les personnages y sont attachants et durant tout le long, on se pose un tas de questions.
On rentre dans l'histoire et on intègre les émotions des personnages : la joie de Mark, la suspicion du FBI et même la rancoeur d'Evie ou les états d'âmes d'Alyson.

L'opposition entre les deux jeunes filles est également présente par ses antagonismes : Alyson, bien que milliardaire est malheureuse et tout son argent n'y peux rien. Quant à Evie, c'est le manque d'argent qui ont nourri les démons menant sa mère au déclin qui l'a perdu.
Cet antagonisme financier est présent également dans la vie de Mark puisqu'il passe d'une vie confortable à une existence de SDF, qu'il a choisie car le confort amené par l'argent ne lui a pas permis d'éviter le malheur.

Guillaume Musso nous offre ici une belle histoire humaine, touchante et surprenante. J'ai bien aimé son style d'écriture dans ce roman. J'y ai trouvé certaines similitudes avec Harlan Coben dans le montage de l'énigme et son dénouement.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire