vendredi 10 janvier 2014

Il était une fois, T1 : Au douzième coup de minuit





Dans cette série, Eloïsa James revisite les contes de fée de notre enfance.
"Au douzième coup de minuit" est donc l'histoire de Cendrillon revécue à sa facon par Kate.

Un des points marquants de ce livre est tout d'abord l'époque. Comme le dit l'auteur elle-même dans sa "note historique" : Un conte de fée se déroule dans un temps hors du temps, entre hier et aujourd'hui. [...] Si je devais suggérer une date, toutefois, ce serait probablement autour de 1813, sous la Régence.
Il est vrai qu'il serait difficile de dater cette histoire. On sent l'influence des contes de fées mais on ressent toutefois une sorte de modernité. Cette sensation provient sans doute de Kate. Elle possède un sens de l'indépendance et d'une certaine rebellion.

On y retrouve des similitudes. Il s'agit d'une jeune fille ayant perdu ses parents et est malmenée par sa belle-mère, la seconde épouse de son père.
On y retrouve également les autres personnages mais avec des différences :
La marraine la bonne fée, qui n'a en fait de similitude que le titre de marraine et la volonté d'aider sa filleule.
- Le Prince Charmant mais bien que possédant un grand domaine, Kate ne tombera pas amoureuse au premier coup d'oeil.
- La demi-soeur (eh oui, il n'y en a qu'une), elle est assez différente mais avec malgré tout le même sens de la frivolité. Elle apparait toutefois comme naïve, attachante. De plus elle est déjà fiancée.

Et c'est là que commence l'histoire. Pour pouvoir se marier avec Victoria, Algie Dimsdale a besoin du consentement de son cousin, le Prince Gabriel. Mais Victoria ne pouvant se rendre chez le Prince, sa mère décide d'y envoyer Kate qui se fera passer pour Victoria. C'est en se rendant au chateau qu'elle fera la connaissance de marraine, Henrietta "Henry" Wrothe, ainsi que du Prince, qui, bien qu'attirant se révèle terriblement arrogant et attends l'arrivée de sa fiancée, une princesse russe choisie par son frère.
Au fil de son séjour, elle finira par en tomber amoureuse. Mais, hélas, qui a dit que l'amour était facile ?

La base de l'histoire est donc la même que celle de Perrault mais l'auteur a su la broder différemment pour en faire une histoire attachante. J'ai vraiment beaucoup aimé le personnage de Kate. Bien qu'ayant le même "parcours" de Cendrillon (et la même générosité d'âme), elle a su garder les pieds sur terre, son tempérament propre et son sens du devoir.

Pour terminer, je dirais que l'auteur a réussi le défi de nous proposer un conte de fée revisité avec brio. Il s'agit toutefois du premier tome d'une série. En tout cas, il donne envie de (re)découvrir les autres contes revisités. Pour le second tome, il s'agit de la Belle et la Bête.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire